Nous vivons dans une société qui, depuis quelques décennies, mise tout sur le divertissement en poussant les gens à devenir des consommateurs agissant comme des automates.

Cela vous rend-il heureux ? Ce fonctionnement vous procure-t-il de la joie ? Il est probable que non !

Ne voit-on pas ces gens défiler devant nous qui se forcent à être heureux, qui font semblant de tout faire pour que leur famille soit fière d’eux ?

Ne voit-on pas ces gens qui haïssent leur travail matériel et alimentaire, sans aucun sens, qu’ils font juste pour gagner de l’argent et se payer tout ce qui constitue la panoplie du « parfait consommateur » ?

Ne voit-on pas ces « heureux normaux », pour être comme « tout-le-monde », qui ne sont en fait que des malheureux anormaux, parce que trop conditionnés et manipulés par la matrice (euh, la société consumériste, veux-je dire !) ?

Mais, où est la joie de l’expérience de la vie dans ce comportement hypocrite, où personne ne veut devenir différent de son voisin ?!

La société consumériste et soi-disant divertissante, tue la joie et le bonheur au lieu de les créer comme elle le prétend !

Alors, que faire ? se demande le grand naïf qui croyait aux sirènes de la consommation, de la pub et du divertissement abrutissant.

– Sois toi-même mon grand ! Amuse-toi avec la vie ! Et révèle-toi !

Ta vie sur cette Terre est ce que tu en fais… Si tu laisses n’importe qui ou n’importe quel système te diriger là où tu ne veux pas aller, alors ne t’étonne pas de te sentir mal, insatisfait, frustré, faible, impuissant, etc.

Bouge ta vie, mon grand ! Ne te laisse pas manipuler par qui que ce soit ! Réveille-toi !

Qu’est-ce que la joie, la vraie, la pure, la réelle ?

La joie est un bon symptôme qui apparait lorsque nous sommes engagés librement dans une activité que nous avons pleinement choisie et que nous aimons vraiment.

A contrario, bien évidemment, chaque fois que nous nous sentons obligés d’accomplir telle ou telle action, que nous nous forçons pour faire plaisir à nos amis ou à notre famille, cela signifie que nous ne nous sommes pas engagés librement dans ces actions. Nous n’avons qu’une envie : fuir !

Or, si nous ne nous sommes pas engagés librement, il est impossible de ressentir de la joie !

Nous ferons peut-être semblant pour faire plaisir, mais le cœur n’y sera pas et nous nous renierons ! Et ça, ce n’est pas bon pour la santé !

Savez-vous que l’une des causes du cancer est justement la frustration de ne pas oser faire ce que nous aimons ?! Alors, choisissez la joie !

Euh, mais comment ? ose demander le grand naïf, conditionné, qui veut faire plaisir à « tout-le-monde » pour être aimé ? Vous allez voir : c’est très simple !

En priorité, récupérez le pouvoir de décision que vous donnez aux autres. Vous avez le droit d’être gentil, mais vous avez aussi le droit de décider par vous-même ce que vous voulez ou pas.

Si vous vous laissez manipuler par tout le monde, alors vous serez toujours dans le forcing, dans toutes vos actions, et vous n’y serez jamais engagé.

Il en résultera un sentiment d’obligation désagréable, que vous reprocherez à autrui, alors que c’est uniquement votre faiblesse : arrêtez de faire plaisir à un « sauveur », soi-disant votre meilleur ami, et soyez vous-même !

En effet, si vous voulez toujours faire plaisir, c’est forcément parce que vous attendez quelque chose de ces gens : ce sont vos « sauveurs » ! Jusqu’au jour où vous aurez besoin d’eux et qu’ils vous fuiront… car ils sont comme vous !

L’amitié ou l’amour ne reposent pas sur le fait d’être gentil… mais d’être soi-même ! Et lorsque vous êtes vous-même, votre cœur s’ouvre et il s’emplit d’amour, de paix et de joie !

C’est ainsi que vous pouvez vous révéler, rayonner qui vous êtes vraiment, et aider les autres. Et, dans ce processus, la joie joue un rôle central, un rôle de révélatrice : c’est son apparition qui vous renseigne sur votre état d’être. Si vous ressentez une joie profonde, intérieure, qui monte en vous et vous emplit de sa chaleur et sa vie pétillante, alors c’est le bon symptôme : ceci confirme que vous vous êtes montré tel que vous êtes vraiment, vous avez été sincère.

Nous vous proposons ce petit jeu d’attention : à chaque fois que vous agissez, que vous réalisez tel projet, que vous voulez atteindre tel but, pour vous-même ou pour aider telle personne, soyez à l’écoute de votre cœur : que vous fait-il ressentir ? Est-ce de la joie qui monte ? Est-ce un sentiment d’obligation ou de frustration ?

Selon ce que vous ressentirez, vous saurez où vous en êtes : êtes-vous en train de vous renier, ou plutôt en train de vous révéler et de montrer le meilleur de vous-même ? Et rappelez-vous : la joie n’est rien d’autre que le bon symptôme qui émerge lorsque vous êtes engagé librement dans une activité que vous aimez.

Lorsque vous aurez compris cela et que vous serez capable de le vivre régulièrement, vous verrez alors que la vie aura un autre goût : celui de la joie, de l’amusement et de la révélation de soi !

Pierre Lassalle

 

 

Email This Page