Introduction

À la lecteur du livre « Natura » (1) et notamment du passage concernant la guérison de la Nature (pages 77 à 84), j’ai été enthousiasmé, car moi, en tant qu’être humain, je pouvais aider la Nature à travers mes actes de Bien si j’y mets de la conscience et de l’éthique.

L’auteur parle de conscience morale ! ? Ou plus précisément d’une substance qui peut être apportée à la Nature et qu’il appelle « l’éther de conscience morale ». Pour expliquer cette notion, il fait référence à une approche scientifique qui mesure la qualité des aliments et non la quantité à travers la méthode d’évaluation de la cristallisation sensible.

Cette méthode permet de révéler à l’aide de cristaux une image physique de la qualité énergétique ou éthérique, c’est-à-dire la vitalité d’un aliment.

J’ai souhaité approfondir et étudier cette méthode de cristallisation sensible à partir de l’ouvrage « Cristaux sensibles » de Marie-Françoise Tesson et Miguel Angel Fernandez Bravo (aux éditions du Fraysse) afin de comprendre la réalité de la notion d’énergie ou d’éther. Je vous partage ci-dessous une synthèse de mon étude approfondie.

 

À l’origine

La Cristallisation Sensible est une méthode d’analyse des aliments basée sur la qualité (la vitalité) et non la quantité (nutriments, vitamines, omégas, oligo-éléments).

Cette méthode a été créée en premier lieu par Ehrenfried Pfeiffer dans les années 1920 avec la collaboration de Rudolf Steiner (philosophe et créateur de l’Anthroposophie).

Elle a ensuite été développée pendant de nombreuses années par E. Pfeiffer en Allemagne puis aux USA après son immigration. D’autres chercheurs ont continué l’approfondissement de la méthode tant en Allemagne, en Suède et en France notamment par l’intermédiaire de Marie-Françoise Tesson.

Cette méthode possède un historique de plus de 80 années de tests et de recherches. Tous ces chercheurs ont réalisé des milliers d’images de cristallisation sensible ce qui leur confère expérience et savoir-faire.

 

Le procédé de la Cristallisation Sensible

La méthode cristallisation sensible utilise une substance réactive ou révélatrice de l’identité qualitative d’un aliment. Cette substance est le chlorure de cuivre.boite de pétri

Ensuite, ce chlorure de cuivre est mélangé, selon les proportions de l’expérimentation, à une substance alimentaire qui veut être testée et qui est broyée au préalable.

Le mélange est effectué   puis le contenu est versé dans une boite de pétri qui est ensuite mise dans une étuve à température et hygrométrie contrôlée. Ce procédé va permettre à l’eau de s’évaporer et aux cristaux de s’ordonner selon la signature spécifique de l’aliment en question et selon sa nature qualitative.

Cette cristallisation va donner une image. Elle va représenter une sorte d’arborescence des cristaux à partir d’un centre. Les cristaux vont être projetés depuis le centre vers la périphérie de la coupelle. Ce sont les paramètres d’organisation, de structure et de modification de l’image dans le temps qui vont permettre d’interpréter cette image de cristallisation sensible et donner des indications précises sur l’identité qualitative de l’aliment en question.

Cette solution de chlorure de cuivre à travers ses cristaux lors du processus de rendu de l’image de la cristallisation sensible est intéressante, car, en tant que substance cristalline, cette solution a des propriétés qui se situent entre la matière solide et le subtil qu’on cherche à identifier dans l’aliment.

Ainsi, le rendu de l’expérience va faire apparaître grâce aux cristaux une image physique de la qualité énergétique ou vitalité d’un aliment.structure tripartite

Les deux éléments essentiels à observer sont le degré d’harmonie de l’image en question et la durée de conservation dans le temps de l’image obtenue. Ces deux points vont être le reflet de la vitalité d’un aliment.

Pour la notion d’harmonie de l’image, les cristaux vont s’organiser et réagir selon l’énergie vibratoire ou vitale de l’aliment. Il est important de regarder comment vont être organisés les cristaux dans la coupelle. Forment-ils des tas diffus, ou une arborescence bien précise ? Le centre germinatif de l’image est-il bien défini et visible ? Les lignes d’arborescence sont-elles bien définies et bien structurées ou l’inverse, sont-elles lâches et désordonnées ?

L’autre élément essentiel à étudier est la durée de conservation dans le temps. L’image de la cristallisation sensible va-t-elle rester stable ou va-t-elle évoluer ? Plus les images se conservent bien dans le temps (une semaine à plusieurs semaines voir plusieurs mois pour les fruits) et plus importante est la vitalité de l’aliment. Il possède ainsi une grande force vitale qui sera diffusée à l’homme lors de son alimentation.

Par exemple, certaines images issues d’aliments industriels ne durent que quelques jours et d’autres se minéralisent au bout de ce temps. Alors que sur des images issues d’aliments de l’agriculture bio ou bio-dynamique la durée de conservation de l’image peut être de plusieurs semaines et on voit même certaines images évoluées dans le temps, ce qui est très positif.

Ainsi, on peut se questionner sur les effets de notre alimentation sur le corps.

 

Qu’est-ce que l’harmonie ?

Revenons au premier élément qui permet de mettre en lumière la qualité de l’aliment : c’est l’harmonie.pain blanc

Pour l’aliment, c’est l’équilibre entre les forces terrestres de la matière, les quatre éléments (Terre, Eau, Air et Feu) et les forces subtiles dites énergétiques ou éthériques.

Précisons notre pensée. D’un côté, nous avons les quatre éléments qui sont en lien avec structure physique et minérale de la plante. De l’autre côté, nous avons la contrepartie éthérique ou énergétique des quatre éléments qui sont appelés les quatre éthers. Ceux-ci fonctionnent selon les couples suivants : l’éther de vie et l’élément terre, l’éther de son ou chimique ou numéral et l’élément eau, l’éther de lumière et l’élément air et enfin l’éther de chaleur et l’élément feu.

Ces quatre éthers définissent de manière qualitative le domaine énergétique.

 pain levain

Illustration

Nous allons illustrer ces propos avec les deux images suivantes.

Image de cristallisation caractéristique d’une substance glucidique frustre. La disharmonie est mise en évidence par la prédominance des forces élémentaires sur les forces d’organisation ou qualitative. C’est un aliment d’aucun intérêt nutritif en termes de vitalité pour le corps.

Cette image, en revanche, présente une belle harmonie. On le voit à son axe de symétrie, à sa belle texture ciselée et bien définie. Cela est révélateur pour un aliment d’origine biologique d’un équilibre entre les forces élémentaires et les forces d’organisation dites qualitatives. Cet aliment apporte une bonne vitalité et permet d’avoir du dynamisme.

 

Conclusion

Cette exploration a été pour moi une aventure, une quête de la compréhension des processus de la nature qui régissent la qualité des aliments. Cela m’a amené à comprendre davantage la notion de l’énergie ou de l’éthérique pour m’en faire une image accessible.

J’ai été émerveillé par la possibilité d’avoir un rendu d’image sur l’organisation subtile de la plante et aussi de voir à quel point les forces terrestres et subtiles sont inter-reliées.

Ça m’a permis de mieux comprendre cette notion « d’éther » qui est une réalité pour les plantes et aussi pour l’être humain.

Car on peut même aller plus loin et vérifier par la cristallisation sensible l’impact de l’humain à travers l’exemple du boulanger qui pétrit son pain. Les images de cristallisation vont mettre en évidence l’impact de chaque boulanger sur la qualité de l’image obtenue. Ainsi, selon notre état d’âme nous pouvons influencer la qualité du pain dans le présent exemple. Les perspectives sont immenses.

 

Bonne aventure !

Sébastien

 

Bibliographie :

  • Cristaux sensibles de Marie-Françoise Tesson et Miguel Angel Fernandez Bravo aux Editions du Fraysse.
  • (1) Natura ou les Secrets du Livre de la Nature de Pierre Lassalle aux Editions Terre de Lumière.
  • L’éthérique et le miracle du vivant d’Ernst Marti aux Editions Triades.
Email This Page