Pour lire correctement le miroir des évènements qui jalonnent notre vie terrestre, il est fondamental de bien intégrer les règles du jeu. Les voici :

. Règle n°1 : comprendre que la vie est un jeu !
. Règle n°2 : ne jamais oublier la règle n°1 !

C’est grâce à un « cœur d’enfant » uni à une « pensée d’adulte », que nous pouvons vivre les plus belles scènes sur le théâtre de notre vie.

La scène est notre terrain d’action, où tout se passe physiquement. Il n’existe aucune scène sans coulisses. Nous savons que des coulisses, « on » décide tout, entend tout, voit tout, organise, prépare, ou remédie si nécessaire. Mais elles restent a priori cachées, invisibles, suscitant curiosité et intrigue ; toutefois, elles sont acceptées de fait comme « nécessairement » secrètes.

Ainsi scène et coulisses forment un ensemble, mais distinct et cloisonné : a priori, l’une est visible (la scène) et l’autre est cachée (les coulisses).

Que faudrait-il pour changer cet état de fait, et parvenir à être à la fois en action sur scène, et conscient de ce qui se trame en coulisses ?

C’est simple et à la portée de chacun d’entre nous : il suffit d’apprendre à devenir un héros ou une héroïne dans sa vie !

En effet, un héros est par définition ce que l’on appelle un « demi-dieu », ce qui signifie de nature à la fois terrestre et céleste. Ou encore, un être conscient des deux mondes : celui d’où il vient (monde spirituel) et celui où il vit présentement, concrètement (monde terrestre). C’est un être qui se donne les moyens d’accéder à ce qui paraît inaccessible, obscur, voire parfois interdit ou même dangereux pour certains ! Il parait exceptionnel, d’où son appellation de « demi-dieu », car il arrive à créer un passage et à réunir ce qui semble fatalement séparé : le monde des dieux (monde spirituel ou angélique) et le monde des humains (sur Terre).

Pour le héros ou l’héroïne, les coulisses sont nécessaires pour éclairer la scène où agit l’être humain. Sans elles, rien sur scène ne saurait avoir de véritable sens.

Pour un acteur ordinaire, c’est la scène qui est éclairée isolément, semblant soustraite à tout autre contexte, et les coulisses sont dans le noir. Ainsi, la scène ne trouve de valeur que par la « performance » de l’acteur, c’est-à-dire sa seule et stricte façon d’agir. A contrario, sous le regard du héros, c’est ce qui provient des coulisses qui est essen’Ciel, donnant une raison d’être à l’acteur sur scène.

Ainsi, nous comprenons que les coulisses ne sont obscures qu’aux yeux de celui ou celle qui en croit l’accès impossible, et qui se croit tout seul en ce monde !

De même est sous-entendue la différence frappante concernant le rôle de tout « acteur », c’est-à-dire finalement, de tout être humain sur Terre : pour l’acteur ordinaire, son rôle est défini selon un éclairage extérieur, et son but est d’être compris et admiré par un public également extérieur.

Le héros quant à lui n’a pas de rôle défini : il est disponible aux propositions venant des coulisses (le monde de l’esprit) et c’est en acceptant de jouer ce que le monde spirituel lui présente, qu’il se révèle. Il s’éclaire alors de l’intérieur et laisse entrer en lui ce qui le dépasse ; et c’est en l’agissant librement, que la scène s’éclaire alors à son tour. L’avis du public lui importe peu : il sait que son meilleur rôle est de répondre aux vœux du monde spirituel (son Ange, son Âme, son Eternel Féminin). Et ce qu’il applaudit dans son cœur, ce sont ses efforts à réunir les deux mondes en lui. Peu importe alors le rôle extérieur ! Il joue ! Et il n’est plus seul au monde…

Cet état d’esprit lui permet de nourrir les actions qu’il mène d’un véritable sens. Et ce sens ne peut être que spirituel à l’origine, car chaque être humain est un être spirituel : il ne peut donc se sentir vraiment lui-même qu’en jouant un rôle… spirituel !

Un rôle dit « spirituel » ne veut pas dire sauver le monde en 24 heures chrono !

Bien souvent, c’est le contraire : c’est dans notre vie ordinaire que nous en faisons des tonnes pour justement avoir le meilleur « rôle », plus valorisant que tous les autres, pour plaire à on ne sait pas qui… ! Alors que dans la vie du héros, c’est très simple : on joue qui l’on est, ou qui l’on découvre être en essence. Et la grosse différence alors, c’est que l’on s’amuse vraiment ! Eh oui, car on se sent libre, et non obligé de rentrer dans un moule prescrit, légalement ou socialement correct !

Il existe de multiples rôles à jouer pour devenir un « acteur héroïque » : ils correspondent chacun à des opportunités mises à notre disposition pour incarner progressivement et davantage notre but de vie (= la raison spirituelle pour laquelle nous sommes incarnés ici et maintenant).

Un vrai rôle est donc une facette de notre essence spirituelle que nous choisissons de rayonner dans une certaine forme. Il est forcément évolutif, transcendant, et il nous permet de nous rapprocher de notre Ange et de notre Eternel Féminin, tout en étant sur Terre. Il génère naturellement chez autrui l’aspiration à être libres.

Par exemple, au sein d’une structure X, comme un bureau, nous pouvons être, soit, « un employé de bureau », soit, « un semeur d’espérance » car c’est ce que nous portons en essence dans notre cœur, et ceci nous représente dans le secteur du travail.

De même, nous pouvons être, soit, « une femme à la retraite », soit « une femme épanouie qui répand sa sagesse », car c’est une force qui nous définit au niveau spirituel, et à notre âge. Et ainsi de suite…

Jouer notre vrai rôle est bien entendu le seul moyen pour nous de comprendre la réalité d’un événement : ce n’est que sous le seul regard de l’acteur héroïque qui « joue » en conscience, que nous pouvons entrevoir le « pourquoi » d’une situation. En effet, à ce moment-là, nous sommes davantage des aspirants à la vérité : nous nous plaçons au-delà des faux rôles et de l’ignorance qui rendent aveugle et sourd. Nous prenons alors conscience de faire partie d’un ensemble en constant mouvement : celui de l’humanité en évolution, qui peut, si elle le veut, s’amuser avec sa Destinée sur la scène du théâtre qui lui est dédiée… le tout, sous la justice bienveillante du monde spirituel.

L’acteur héroïque expérimente que seul le rôle dit « spirituel » est bon pour lui. En apparence, il peut lui sembler plus difficile, moins agréable ou moins valorisant selon lesdites lois du monde : en résumé, moins « sympathique » !

Mais quel rôle préférez-vous ? Un rôle certes facile, mais conforme, qui ne vous permet pas de comprendre qui vous êtes et pourquoi vous êtes ici ?

Ou des rôles « à la carte », qui vous révèlent à vous-même et vous permettent de traverser le voile des apparences, et pénétrer dans les coulisses de votre destinée ?

Voulez-vous être un rôle, ou être vous-mêmes ?

Si vous voulez vraiment être vous-mêmes, alors vous comprendrez ce que veut dire « jouer avec la vie ». Et nul doute qu’un jour vous rencontrerez votre Ange Gardien… Et peut-être plierez-vous genou devant sa toute bonté à votre égard, au sein même de chaque situation, au-delà des voiles…

Retenons que peu importe si une situation nous semble agréable ou désagréable ; l’important c’est que chacune d’entre elles est induite par notre Ange, et y jouer notre vrai rôle, c’est la rendre « bonne » !

Vive le théâtre vivant… en bonne compagnie !

Céline Lassalle

Pour explorer davantage votre destinée, voici quelques suggestions de lecture de l’auteur Pierre Lassalle :

Éditions Terre de Lumière

Email This Page