Les relations sont très précisément ce qui colorent le plus l’existence, je pense que nous sommes tous d’accord, puisqu’aucun contact oral ou physique avec un autre être humain n’a d’égal avec un autre mode de communication. Et les relations sont une priorité pour notre âge, et ce sujet est franchement autant primordial qu’il est très sensible, car c’est carrément la cacophonie !

Après les aléas émotifs dans l’adolescence, il n’est rien de plus normal que de vouloir garder le sensoriel et le sensationnel pour toute sa vie… A la différence que l’on veut garder la passion, tout en bonheur et l’on veut retirer la souffrance, si lacérante ! Jusqu’à ce que cela se tasse avec la raison et la responsabilité et les bambins qui arrivent annulant souvent toutes autres relations que celles de la famille.

Pourtant l’intensité relationnelle se trouve dans la sincérité, et la confiance. Ouais, je sais, rien que ces deux mots c’est déjà gonflant et pompeux, avec un brin de fleurs bleues. Mais c’est juste une idée que l’on se fait, car l’intensité n’est pas uniquement pour la passion !

Bon au début de la rencontre, ces deux mots peuvent paraître un peu protocolaires, c’est vrai… Il faut se sentir naturel, être soi-même, écouter et s’exprimer, avoir un esprit clair, et pas se bécoter tout de suite, ni finir à 3h dans son lit avec deux hommes et une fille. Cependant en dehors de cela, plus la relation dure, plus la confiance et la sincérité révèlent leur importance, et la richesse relationnelle se base sur ces aspects et l’intensité augmente !!

Alors la base des bases dans une rencontre est la confiance, car même le fait d’être honnête, et de penser sans retenue que l’autre le soit également, repose sur la confiance. Par confiance envers les autres, surtout dans une première rencontre avec les personnes, mais aussi avec ceux que l’on connait déjà, j’entends la confiance d’un cœur ouvert, ouvert à toutes possibilités ainsi qu’aux impossibilités, un cœur ouvert à l’inconnu. Le simple fait d’aller au-devant d’autrui sans préjugés et attentes de ce qu’ils sont et ne sont pas, de ce qui pourrait se passer, et ne jamais se passer, libère un naturel dans notre expression, et à ce point que les autres se sentiront accueillis.

Dès lors que les a priori, les souhaits et désirs sont préconçus, rien de ce qui se passe n’a la garantie de correspondre aux attentes, et nous sommes plutôt sujets à critiquer et à juger autrui, avec un mécontentement plus ou moins visible. Et si cela correspond à ce que l’on attendait, quelle est la part de notre imagination qui a rêvé la situation et celle de la réalité vécue incluant l’autre ? Serions-nous capables dans un tel état de pensée prémâchée, de faire la différence ? Difficile ! Alors le plus simple est de retirer tout cela, le préjugé, le préconçu, aussi bien pour les pensées, les souhaits, désirs ou volonté pour la relation afin d’être simplement préparés à toutes éventualités. Nous en serons de surcroit plus joyeux et plus rapidement impliqués dans la situation incluant autrui.

Avec cette approche de confiance, les mensonges deviennent inutiles, et les paroles ou gestes pour s’attirer les bons sentiments d’autrui peuvent être balayés. Les échanges sincères s’ensuivent, disant parfois les choses telles qu’on les pense, racontant des vérités sur nous-mêmes, avec un effort supplémentaire pour les timides, se retenant de tout, et pour les pipelettes de ne rien dire, questionnant l’autre afin de mieux le connaître. Et la relation se poursuit ainsi sur de réelles connaissances de l’un et de l’autre.

Par Lucie Delalain

Pour Vers une Nouvelle Ethique, et l’Héroïsme de l’Amour

Retour à Jeunesse & Vie

Email This Page