La pratique artistique n’est pas un domaine à bâcler trop vite, même pour une question de priorité dans le programme, ou par une autocritique négative, ayant pour cause et effet de ne pas se sentir la « fibre » artistique.

Le domaine artistique est une mise en forme extérieure au sens large, et qui se veut la plus ressemblante à une idée à la base, qui elle, est intérieure. Pour que cela puisse se réaliser, le passage de l’intérieur vers l’extérieur est un véritable moulinet de torsions, émotions et ressentis, provoqués par l’idée stimulante et/ou par le résultat en cours de route qui est plus ou moins satisfaisant. Hum !

Dans tout ce processus, cela demande que l’idée soit de plus en plus précise sur l’intention. Précision qui est plus ou moins profonde, il est vrai… Mais que cela soit pour se défouler, l’intention est donc le défoulement, oui, mais de quelle émotion exactement ? Ou que cela soit pour retraduire un souvenir, une histoire, c’est à quelle date ? Quelle est l’ambiance principale ? Pourquoi ? Ou jusqu’au méga-sujet primordial de notre vie, où l’exactitude va être volontairement  très poussée ! Donc, même avec un minimum, l’intention de base doit être claire. Et le choix de la forme ou le style artistique doit être fait également de façon à s’ajuster au mieux à l’idée, si ce n’est pas précédemment décidé.

Ensuite, il y a, la mise en forme artistique en elle-même, et ce, jusqu’à arriver à une ressemblance de l’idée d’origine. La perfection n’est pas vraiment à rechercher ici. Mais cela met en évidence nos points forts ou nos difficultés, ou les réajustements nécessaires, ainsi que le temps passé – sans compter les différents états de contentement ou de mécontentement vécus en cours de route ! – pour arriver au final là où nous le souhaitions. Ouf !

Et finalement le résultat, ce que nous avons pu réaliser, raconte un peu une part de soi et où nous sommes rendus ! C’est un retour à notre conscience : « c’est beau, c’est drôle, c’est déformé, c’est triste, c’est inachevé » etc. Et il est, bien sûr, certain que le dénigrement n’a pas sa place ici !

Des deux premières raisons (précision de l’intention et mise en forme créative) qui sont à elles seules un vrai challenge, et le dernier point cité sur le résultat, cela forme une construction essentielle pour le passage vers l’adultat. Mais en dehors de cela, la raison capitale est l’expression de soi ! S’exprimer n’est pas toujours évident, et ce support est un moyen de le faire, de s’y entraîner et de le parfaire, de le diversifier aussi.

Ce sont des expériences qui permettent, en « petit » ou à un court terme, de vivre un processus créateur, ou d’expression de A à Z. Et à chaque fois, cela s’améliore. Et à la pleine maturité, quand viendra le moment d’accomplir ou de révéler quelque chose d’important pour soi, quel que soit le domaine, on sera en possession de tous nos moyens. Et on réussira !

Par Lucie Delalain

Pour Maîtrisez votre Destinée

Retour à Jeunesse & Vie