poesie_titre8

 

 

 

 

 

 

En ces temps de tumultes où désordres et méfiance sévissent entre êtres humains, certains se lèvent, scandalisés en leur très-fond par le visage de ces évènements et comportements, qui ne ressemble en rien à celui de la vie pour laquelle ils ont signé !
Peut-être êtes-vous de ceux qui souhaitent, pour le genre humain et notre Terre, de plus belles expériences que celles de déferlantes haineuses ?!? Si tel est le cas, les clés sont à portée de mains… et de cœur !
La Dame de Poésie l’énoncera par cette question-invitation : « Et si nous cultivions une vision poétique de la vie ?! »
– « La poésie !?, d’aucuns se moqueront, haussant les épaules et tournant les talons. Que va-t-elle changer à la situation ? Ce n’est pas le moment de faire des vers ni voir la vie en rose ! La poésie, c’est bon quand t’es ado, mais pas quand t’es adulte avec un tas de problèmes sur le dos ! »  Soit.
En général, les gens accordent à ladite vision poétique de la vie une connotation « cui-cui », où tout-le-monde est beau et gentil, comme dans un rêve d’éden imaginaire, où le mal et les problèmes sur Terre n’existent plus. Cette étiquette semble logique, car la majorité des gens se représente le poète lui-même ainsi : un être qui fuit le monde, retiré loin dans sa bulle… ou plutôt dans sa tête !
Bien entendu, de ce point de vue, rien ne peut advenir pour aider à la transformation et la guérison de notre monde en chaos. Or, ceci est un but primordial pour un Art et un artiste. Et la Poésie est un Art ! Un Art majeur, qui plus est. Ainsi, cultiver une vision poétique est censé transformer et guérir : oui et re-oui ! Si ce n’est pas le cas, c’est que nous nous leurrons sur la Poésie elle-même, et sur notre propre qualité d’artiste-poète !

Que pouvons-nous comprendre de : « Cultiver une vision poétique de la vie » ?
Tout d’abord, si elle est poétique, la simple grammaire nous indique par cet adjectif que la vision en question provient de la Poésie, qui est le sujet de base. Une vision poétique, est – par définition – une vision de Poésie… Poésie étant une Muse, un être qui vit dans le monde angélique car Elle est un Ange, artiste ! Ceci permet de comprendre une autre dimension de cette expression et amène à se demander dans un deuxième temps : « Quelle vision de la vie la Muse Poésie peut-elle bien avoir, et que je pourrais cultiver ? »  Nous entrons dès lors dans un questionnement plus dynamique et fécond !
Pour y répondre et avancer, il est important de définir qui est Poésie selon nous, toute mesure gardée, ou au moins certaines forces qui la représentent. En mettant des mots sur son identité, on apprend à voir comme Elle, car un être voit d’après qui il est. Ensuite, il sera possible de choisir de se modeler sur sa vision, ou encore de la cultiver.

Qu’est-ce qui identifie notre Muse Poésie ?
En premier lieu, Poésie est joueuse : Elle adore s’amuser avec les sons, les rythmes, les mots, les sens, la langue et ses mystères. C’est une héroïne-alchimiste ! Ceci fait partie intégrante de son identité et l’Art qu’elle porte : Elle est cela. De ce fait, sa vision de la vie est une vision joueuse, en perpétuel mouvement, changement, riche de variétés et variations, créative et hyper souple, surplombant de très loin tout jugement, fixité ou croyance, et apportant la lumière au-delà de toute ombre. Pour autant, Elle ne porte pas de lunettes roses : Elle connait les couleurs des mots autant que les douleurs des maux !
Apprendre d’Elle et cultiver la vision poétique dans nos vies revient donc à pratiquer la pirouette intérieure, pour sortir de ces états où nous figeons notre compréhension des événements ou des êtres, jusqu’au « sans-issue » ! Nous appellerons cela prendre de la hauteur, du recul, ou encore faire preuve d’humour, pour transformer, créer des rebonds, et apporter de l’oxygène, de la vie… à tout !

Comment s’y prendre pour être « poétiques », comme notre Muse préférée ?
Il suffit d’entrer dans cette dynamique originale = une situation dans notre vie est comme un vers pour le poète !  Eh oui, au départ, le vers que le poète écrit est peut-être brouillon, peu clair, bancal, insipide, mal rythmé, etc., et cela peut le mettre dans tous ses états de le voir en l’état ! Mais, hop là ! Il peut décider de pénétrer à l’intérieur même de sa structure, changer les tournures, inverser les mots, ajouter une virgule, changer le temps du verbe, etc. Le but de ces jeux et maniements de langue est de trouver un ordre harmonieux, duquel émanera la beauté, la sagesse, la force et grandeur de la vie présente derrière les mots, et de pouvoir le partager.
Eh bien, cultiver une vision poétique de la vie, c’est agir de même dans les évènements qui ponctuent nos journées. Le but est au final d’écrire soi-même sa journée, voire toute sa vie… comme une œuvre d’Art qui rime avec sagesse et beauté !

Dans une situation ou relation fâcheuse ou problématique, il est possible de se décoller de la perception émotive qui embrouille, tel un vers cacophonique sans son génie, et se demander : « Pourquoi cela m’arrive ? Et comment y remédier, pour que de cette situation émerge un Bien et qu’elle finisse en beauté ? » Dès que nous posons la question « Pourquoi ? », nous commençons à libérer du mouvement, ouvrir notre esprit, créer des brèches pour la vérité : nous commençons à jouer ! C’est une notion de détachement, d’élévation de la pensée vers la lumière du vrai, au-delà de nous. Il s’agit de saisir sa conscience dans une dynamique de créativité, et ce, peu importe le contexte dans lequel nous sommes.
Si nous devons rencontrer telle personne dont le caractère ou physique nous rebute, la tournure sera très différente selon que nous y allons avec du rejet, ou que nous choisissons d’offrir des fleurs pour apporter l’essence de notre cœur ! De même, si nos mots ont blessé un être, ce sera très différent selon que nous laissons la lave de notre colère se répandre, ou que nous changeons d’attitude et retournons vers lui pour lui demander pardon.
Chaque situation est telle une ligne pour écrire un vers, selon la vision poétique, joueuse, alchimique, artistique : avec une créativité unique nous nous impliquons, pour que le meilleur de nous-mêmes transparaisse, au final.
Ceci n’empêche que nous avons des moments de drames dans nos journées. Cultiver une vision poétique de la vie en ce cas revient à décider que c’est nous-mêmes qui sommes les maîtres de notre journée, et non pas le drame ou la noirceur en place a priori. Il s’agit d’un jeu alchimique : tout dépend de nous-mêmes ! C’est un Art.
Comprenons que l’essentiel dans nos vies est que de toute noirceur, ce soit toujours la lumière et la force du soleil spirituel qui en ressorte et crée la rime artistique : cette lumière provient du libre arbitre que nous utilisons pour jouer, grandir, en trouvant des solutions à tout.
Rebondir dans la vie avec toujours à l’esprit le don du beau et du valeureux qui vit en nous, voici qui ne peut engendrer que de bonnes surprises dans la vie de nos frères et sœurs ! Notre attitude inspirera alentour des élans de même qualité, et c’est ainsi que ligne après ligne, nous écrivons ensemble de beaux recueils de vie : des poèmes à plusieurs mains !
Tout comme nous dirons d’un vrai poète qu’une fois le vers ou poème lu, il nous reste dans le cœur une lumière, un mot, une image, qui nous a traversé et demeure présent, preuve ineffable de la suprématie du Bien ; et nous nous sentons plus vivants ! Ainsi en est-il de chacun de nous d’œuvrer avec cette qualité poétique : nul besoin d’être un super artiste-poète pour cultiver une vision poétique de la vie ! C’est juste une question de ressemblance avec les forces que Poésie émane et aime voir rayonner. Et celles-ci sont universelles !
Il est certain que nous y exercer fera du bien à tous, et pourra même inspirer quelques poèmes à certains !

La Poésie inspire le jeu du sourire en nos vies ! Merci.

Céline Lassalle

Email This Page