L’être humain est constitué par les éléments de la Nature, et se voir séparé ou différent de la Nature, est le résultat d’une ignorance entretenue par notre éducation.

La Nature est composée de quatre éléments qui constituent le vivant du point de vue physique-matériel : la terre, pour tout ce qui est solide ; l’eau, pour les liquides ; l’air, pour tout ce qui est gazeux ; et le feu, pour tout ce qui produit de la chaleur.

Nous retrouvons ces quatre éléments, et leurs contreparties éthériques ou énergies du vivant, dans la constitution de l’être humain.

En effet, l’élément terre ou le solide, constitue notre squelette, nos muscles et notre peau… Ainsi, par analogie, les rochers et les montagnes de la Nature se retrouvent dans notre colonne vertébrale, par exemple.

L’élément eau est représenté par tous les liquides de notre corps. Les vaisseaux sanguins sont nos fleuves intérieurs.

L’élément air est ce qui emplit nos poumons. Ainsi, des « vents » entrent et sortent de nos poumons régulièrement.

Enfin, l’élément feu se retrouve dans la chaleur qui imprègne notre sang, par exemple.

À l’origine, nous sommes des esprits immatériels. Mais, lorsque nous choisissons de descendre nous incarner sur la Terre, nous avons besoin d’un véhicule approprié pour nous y mouvoir, y travailler, créer et aimer : c’est la Nature qui nous fournit ce véhicule ou ce corps, en le constituant avec ses éléments.

La première prise de conscience à réaliser est donc celle-ci : nous faisons partie de la Nature, car notre corps est constitué de ses éléments. Du point de vue de notre corps physique : nous sommes les enfants de la Nature.

Considérer l’être humain d’un côté, et la Nature de l’autre, est le résultat d’une pensée schizophrénique, c’est-à-dire « malade » et dangereuse, car destructrice !

La deuxième prise de conscience à réaliser est la suivante : c’est notre mode de vie matérialiste, utilitariste et individualiste qui nous sépare de la Nature, et nous fait croire qu’elle existe uniquement pour satisfaire nos désirs égoïstes.

Nous devons transformer notre mode de vie, afin qu’il respecte la Nature et permette l’expression de notre gratitude envers elle.

En apprenant à collaborer avec elle, même à un tout petit niveau accessible à chacun, il devient possible de ne plus détruire la Nature, mais au contraire de vivre en bonne intelligence avec Elle.

Ainsi, nous choisissons la vie et le futur, plutôt que la mort et la destruction.

La troisième prise de conscience à réaliser est celle-ci : puisque nous nous sommes coupés de la Nature, à cause de notre mode de vie, nous devons nous reconnecter à Elle !

L’humain est un être de milieu : il se trouve naturellement placé entre la Terre et le Ciel.

Imaginez un être humain debout : sa tête, la partie la plus élevée de son corps, est « proche » du ciel, tandis que ses pieds sont « plantés » dans le sol terrestre. Et ses mains sont là pour œuvrer sur la Terre, au nom du Ciel !

Dans l’idéal, l’être humain doit être relié au Ciel, ce qu’il n’est plus naturellement de nos jours, et il doit être connecté à la Terre.

Malheureusement, si l’être humain n’est plus relié au Ciel et, qu’en plus, il est totalement déconnecté de la Terre… alors, il arrive ce que nous constatons de nos jours…

Heureusement, des solutions spirituelles existent, par exemple grâce à l’écosophie et la naturosophie*, et il ne tient qu’à nous de les mettre en œuvre pour collaborer avec la Nature et créer une nouvelle Terre!

C’est une mission possible, so let’s do it!

Pierre Lassalle

 

Note: Cet article paru dans la Revue Cheminement au Québec (www.cheminement.com)