En 2001, l’éditeur Yves Michel publiait la traduction d’un ouvrage de deux américains, Paul Ray & Sherry Anderson, intitulé L’Émergence des Créatifs Culturels. Quelques années plus tard, Yves Michel, un pionnier du changement social et culturel en France, publiait une étude sur ce même sujet : Les Créatifs Culturels en France (2007).

Ces études montraient qu’en dehors des deux catégories d’individus occidentaux que sont les conservateurs (la droite politique en France et les républicains aux USA), plutôt religieux, et les progressistes (la gauche politique en France et les démocrates aux USA), plutôt scientifiques, il existait et se développait un troisième mouvement, dont ses membres étaient inconscients de celui-ci, et qui étaient en quête de nouvelles valeurs (ou plutôt de valeurs humaines dont on les avait dépouillé !).

Ce mouvement qui n’a pas vraiment d’existence « officielle », mais qui souligne un vœu de changement de société en profondeur est mû par l’esprit humain qui en a marre de se faire manipuler.

Comme le maître soufi Idries Shah (1924-1996) l’avait démontré, l’Occident fonctionne comme une secte ! Aujourd’hui, tout est spectacle et manipulation, comme la COP 21 de l’an dernier l’a bien démontré, une fois de plus !

Il est donc tout à fait normal que des gens se posent des questions et aspirent à une vie plus humaine et plus vraie.

Mais, devenir un Créatif Culturel est une sorte de parcours héroïque : c’est le résultat d’une conscience qui mûrit, et qui, un jour, ne peut plus se contenter de la « soupe populaire », ou du monde ordinaire tel qu’il nous est « vendu », c’est-à-dire ce que les grands médias « officiels » et la publicité nous font avaler quotidiennement en nous lavant la cervelle avec toutes sortes d’infos manipulées et de divertissements abrutissants !

Heureusement, chacun a le choix de « sortir du rang » !

Les Créatifs Culturels, appelés aussi Créateurs de Culture, doivent forcément passer par une phase où ils se ressentent déçus de la société, ou matrice, dans laquelle ils vivent : c’est l’étape de l’orphelin (« tomber de l’arbre »), dans le cadre du « voyage du héros ». La déception se produit surtout par rapport à la politique – éventuellement aussi la religion ou la science – c’est-à-dire par rapport à tout ce que ces gens considéraient, avant d’être « tombés de l’arbre », comme des autorités bienfaisantes en lesquelles ils avaient confiance (des « parents », symboliquement parlant, ou encore « papa l’État », et « maman, l’Église » ou « maman, la Science » !).

Puis, soudain, ils se réveillent et découvrent que ces autorités leur ont menti, les ont manipulés, et menés en bateau (en plus c’était le Titanic !).

Le premier effet de cet « orphelinat » est donc le rejet de la politique, à cause de la découverte que la démocratie, à laquelle ils croyaient, n’existe pas. Aujourd’hui, seuls les grands naïfs croient encore à la démocratie, car même en France, nous trouvons de nos jours quantités de livres qui dénoncent les multiples manipulations qu’exercent les politiques sur leur peuple, quel que soit le pays en question (cf. notre dossier Lumière dans la matrice). Et nous ne nous référons pas aux « conspirationnistes » qui sont là pour faire sourire l’intellectuel qui sait très bien que tout ceci est faux ! C’est sûr qu’avec leurs « reptiliens » et autres « petits gris », ils ne font pas sérieux : mais ils sont là pour « ça » ! Ils sont manipulés, à leur insu, pour que les gens rejettent instinctivement toute tentative de remise en question du système dans lequel ils vivent. Ben oui, quoi : « C’est n’importe quoi ! se dit le grand naïf. Nos ennemis se sont les terroristes et les virus ! Tout le monde sait cela ! »

Laissons les « enfants » à la cervelle bien lavée, à leurs croyances, et cherchons sincèrement la vérité. Eh oui, il faut chercher : une fois que vous avez écarté les conspirationnistes, vous découvrez alors les vrais chercheurs ou journalistes indépendants, qui vous montrent la réalité de terrain ! Et ce n’est pas beau à voir ! Il y a de quoi être déçu et « tomber de l’arbre » !

Dans le « voyage du héros » ou « l’Aventure héroïque », ceci s’appelle donc : devenir orphelin ! Cela veut bien dire : lâcher ses « parents-autorités » et devenir adulte.

Lorsque vous ne croyez plus à la politique, ni à la religion, et que vous voyez, au moins en partie, les manipulations dont les êtres humains font l’objet (par l’intermédiaire des grands médias « officiels » et de la publicité !), alors vous découvrez que les solutions ne peuvent venir que depuis la dimension spirituelle… à condition qu’elle soit agie ! Vous êtes mûr alors pour devenir un Créateur de Culture, ou un Créatif Culturel.

Il ne peut exister de Créateur de Culture sans ouverture spirituelle. Certains auteurs croient qu’il existe deux catégories de « créatifs culturels » :

  • Ceux qui préfèrent croire encore aux politiciens et à l’écologie, mais qui développent des valeurs en commun avec le second groupe ;
  • Ceux qui préfèrent se réaliser ou se transformer, spirituellement parlant, et qui veulent de vrais changements.

C’est, en effet ici la grande différence : ceux de la première catégorie attendent une amélioration de la société actuelle, ou un changement dans la continuité de ce qu’ils connaissent. C’est illusoire !

Ceux de la deuxième catégorie, les seuls et vrais « créatifs culturels », n’attendent plus rien (ou relativement) de la société actuelle, et surtout pas de la politique : ils ont compris que, de toute façon, ce ne sont pas les politiques qui disposent du vrai pouvoir ! Ces individus en l’occurrence, ne veulent pas d’une amélioration de la société actuelle, mais une véritable transformation. Comme ils ont compris qu’il serait illusoire de croire qu’une transformation peut se produire « comme ça », d’un coup de baguette magique d’un hypothétique « sauveur », ils se tournent vers la dimension spirituelle et le travail intérieur, afin de se transformer. Car pour eux, c’est ainsi : « Si tu veux transformer la société, commence par te transformer toi-même (ainsi que ton mode de vie) ! »

En devenant orphelin, ils sont devenus adultes.

Ceux de la première catégorie sont encore des ados rebelles qui doivent passer par le stade de l’orphelinat pour les rejoindre, d’où le fait qu’ils rejettent encore l’évolution spirituelle, tout comme les scientifiques, par exemple, dont l’athéisme est bien un comportement d’ado rebelle typique (que le lecteur veuille bien se donner la joie d’y réfléchir quelques minutes !).

Voici donc les caractéristiques et valeurs des véritables Créateurs de Culture :

  • Faible dépendance consciente à la société consumériste, et mise en place d’un mode de vie « bio » et solidaire, de restriction volontaire ;
  • Favoriser le développement individuel et spirituel de l’être humain qui est un esprit et non un consommateur. Si nous sommes faibles et impuissants, nous ne pouvons rien faire ! Si nous sommes forts, individualisés, courageux et créatifs : tout devient possible !
  • Replacer l’humain au cœur de la société (il n’est pas là pour servir la société, c’est la société qui doit être à son service), et notamment redonner sa vraie place à la femme et aux valeurs féminines et sacrées (insistons sur le fait que ce ne sont pas que les problèmes féminins extérieurs et matériels qu’il faut dénoncer ou combattre, mais leur cause dans le rejet du sacré et du vrai féminin intérieur !) ;
  • Refuser la dégradation de la Nature, à cause de la science-sans-dieu, et la surexploitation des ressources naturelles ;
  • Rechercher des solutions nouvelles et spirituelles (l’être humain est un esprit) aux problèmes sociaux (solidarité, penser globalement et agir localement) ;
  • Vivre héroïquement, en sachant prendre des risques, et en apportant la nouveauté dans la majorité des secteurs de sa vie en s’individualisant ;
  • Combattre la méfiance générée par les médias officiels (avec la « terreur-pour-tous » !), et la remplacer par une confiance de terrain en agissant ensemble pour le bien futur de l’humanité.

Nous mettons en pratique ce nouveau mode de vie depuis plus de vingt-cinq ans ! Nous créons, petit à petit, avec ceux qui le veulent, une Nouvelle Culture Spirituelle, car issue de l’esprit humain.

C’est le bon moment !

Non seulement parce que la société humaine va mal, mais aussi grâce à la connaissance du méga cycle astronomique de Vénus. Ce cycle de 599 ans ponctue les différentes phases de la civilisation humaine (en réalité, il représente la moitié d’un cycle complet de près de mille deux cents ans !). La précédente fois où ce cycle a débuté, c’était en 1413, soit au début de la Renaissance (15/16e siècles).

C’est en juin 2012 qu’un nouveau cycle de près de six cents ans vient de commencer lors de la conjonction majeure entre Vénus et le Soleil (l’une des deux plus importantes de ce siècle, avec celle de 2004 !). Ainsi, nous sommes au commencement d’une Nouvelle Renaissance, au cours de laquelle l’être humain dispose de tout le potentiel nécessaire pour transformer sa société, grâce, notamment, à un renouvellement de sa Culture (art, spiritualité, créativité), comme cela s’est déjà produit lors de la précédente Renaissance il y a six siècles (de même que lors de celle qui se produisit au 9e siècle qui vit la véritable naissance de l’Europe !).

C’est la raison pour laquelle il est temps que l’esprit humain se réveille ! Et qu’il remplace la peur par la fraternité ! Et aucun « sauveur » ne fera le boulot à sa place !

Si vous êtes réellement en accord, alors vous êtes certainement un Créateur de Culture :

Ensemble, bâtissons le futur !

Pierre Lassalle