Vous connaissez cette exclamation, chères amies-femmes de ce monde ? Ou plutôt, nous dirons cette « devise » ?! Ooh oui, bien entendu que vous la connaissez…

Y’a celles qui vivent avec cette phrase, telle une loi indécollable du fond de leurs tripes, et l’homme est donc tout aussi indécollable de leur nombril ! Oups.

– Y’a aussi celles qui exècrent cette devise, qui ne veulent pas en entendre parler, et l’homme… idem ! Re-oups.

Y’a celles aussi qui – considérant cette devise – oscillent entre le « Oui, à la vie à la mort ! » et le « Nan mais ça va pas la tête ?! », et ce avec des degrés et pourcentages qui varient selon… leurs humeurs (!) Chaque attitude est comme la face d’un aimant. Bien entendu, la stabilité et le rapport à l’homme n’est pas réglé. C’est le yo-yo émotif.

Y’a aussi celles qui sont inconscientes ou/et insouciantes… et « Cette devise est là, oui, et alors… ? Y’a pas mort d’homme ! C’est quoi le problème au juste ? » Euh… Re-oups.

Et puis, y’a celles qui se posent différents « Pourquoi? » : « Pourquoi je perdure dans la relation à l’homme avec cette attitude velcro-répulsion dans mon ventre ? » ; « Pourquoi j’ai peur de perdre l’homme ? » ; « Pourquoi je changerais ? » ; « Pourquoi il est ressassé partout que c’est normal en tant que femme, alors que j’en suis la première malheureuse ? » ; Etc.

Pourquoi, Pourquoi, Pourquoi… ? Avec des bons « Pourquoi ? », on commence à respirer !

La déchirure de « l’incomplétude » et/ou la souffrance qui lui est liée, est plus ou moins vive selon chacune.

Elle existe, non pas parce que nous sommes « maudites », ni non plus par hasard (!). Elle est tel un « aiguillon à l’héroïsme », pour trouver les moyens d’une complétude nouvelle, où la femme – combattive – trace le chemin intime et salutaire vers une riche « ré-union au cœur de solitude sacrée ». (C’est ainsi que je l’appelle ici, d’où les guillemets, mais d’autres mots peuvent convenir, selon chacune.)

S’en remettre au « Jamais sans mon homme ! », et en rester là, est pour la femme une déclaration de faiblesse et de refus de révéler le vrai « féminin », qui naît d’une conquête de l’autonomie profonde de son Être.

La femme a bien trop pris l’habitude d’utiliser l’homme, afin qu’il l’aide à se sentir « comblée »! C’est tout simplement immoral : il s’agit de manipulation, ni plus ni moins, appelons un chat un chat ! Et ni la femme ni l’homme n’est gagnant à ce jeu, jamais !

La femme n’a pas à se cantonner à un rôle de pauv’ petite chose fragile et faible sans un homme ou son homme ! Et sa quête ne se résume pas à se trouver un homme pour se caser !… et le caser par la même occasion (oups !)

Elle vaut bien mieux que cela !!

Pour libérer la beauté vraie et la force valeureuse de la femme « nouvelle », il lui faut découvrir et aimer le chemin de transcendance que lui propose la vie ; et se refuser à utiliser l’homme comme « pompe à complétude » (humour…) est un choix majeur en ce sens !

Ceci ne signifie pas qu’il faille exclure l’homme de sa vie, pas du tout ! Mais plutôt choisir une éthique relationnelle où prévaut le don de ses forces de liberté, conquises par de réels efforts sur soi.

Pour ne pas s’égarer dans la dépendance ou le rejet (les faces d’une même médaille) la femme doit trouver un équilibre sain, où elle peut à la fois se passer de l’homme dans sa vie (extérieure et intérieure), et en même temps s’ouvrir à la relation et accueillir l’homme sans vouloir se l’accaparer (et le castrer… Aïe !).

Cet équilibre est un très beau et noble défi à relever, et qui, s’il n’était pas vu comme tel, serait sérieusement dommageable pour l’avenir des femmes… et des hommes ! Oups.

Je vous laisse mener vos « en-quêtes » et comprendre… Pourquoi ?

En tout cas, sur ce point de vue succinctement développé ici, sachez que l’écriture du livre « L’Héroïsme de l’Amour – De l’Amour courtois à l’Amour vertueux » fut motivée (notamment) par le fait d’éclairer un chemin moderne pour la « révélation de la femme ». Ceci nous est apparu comme une urgence.

Et ce livre a le sérieux avantage… d’exister, alors n’hésitez pas à vous en servir ! Il comporte pleins de clés pour comprendre pourquoi et comment se transformer sainement, et avancer vers le renouveau de la femme, pour plus de liberté et d’amour. C’est aussi un jeu, bien sûr !

A noter que si le sujet de la transformation au féminin vous intéresse, vous pouvez aussi trouver des éléments majeurs et complémentaires dans le livre « Artémis & Apollon ».

Dès lors que la femme choisit la liberté de se révéler,

L’espérance en la vie de l’Amour sur terre renaît !

Merci d’y contribuer du mieux possible, avec toutes vos couleurs de l’héroïsme au féminin !

Céline Lassalle

Email This Page