Nous vous proposons une exploration de l’un des grands Mystères Sophianiques ou du Féminin Sacré : l’Annonciation.

Ce Mystère se fête le 25 mars de chaque année. Il correspond au jour où l’Archange Gabriel est venu annoncer à la Vierge Marie (celle qui vit en Galilée) qu’elle attendait un enfant, grâce à l’Esprit Saint (voir Luc 1).

Ce Mystère est relié à la sphère (ou centre de conscience) de la Lune dont Gabriel est l’Archange.

Ce jour-là, l’Archange Gabriel est venu annoncer à Marie que la Rédemption de la Chute était en route : l’enfant Jésus s’incarnait et, à l’âge adulte, il serait le vêtement du Christ, du Dieu solaire qui allait venir s’incarner sur notre Terre. Et le Christ apporterait avec Lui l’intériorisation et l’individualisation du « Je », l’esprit, ce qui offrirait à l’être humain la force de se rédempter par ses propres efforts.

L’Annonciation montre, de manière générale, la relation qui existe avec le monde spirituel telle que l’on peut l’expérimenter aujourd’hui en méditant dans son corps éthérique ou énergétique, selon la méthode de la méditation créatrice, créée par l’auteur. Dans ce corps subtil, le méditant ressent les forces de vie et d’innocence qui sous-tendent cette Annonciation. Lorsque l’aspirant entame une voie spirituelle et qu’il apprend à méditer, il arrive un jour où tout se déroule merveilleusement bien, et où la rencontre avec l’Ange se produit : c’est l’Annonciation.

C’est une guérison qui commence grâce à ce lien avec le monde spirituel. Cela se produit lorsque l’aspirant est suffisamment purifié (symboles du lys et de la fontaine). Afin d’y arriver, l’étude et le développement d’une riche vie intérieure méditative s’avèrent nécessaires (symbole du livre entre les mains de Marie). L’Annonciation montre bien que sans ce lien, on ne peut pas se rédempter.

D’ailleurs sur certains tableaux, on trouve dans un coin l’épisode de la Chute, pour indiquer la « coupure » avec le monde spirituel, d’un côté, et la « ré-union », de l’autre.

L’Annonciation, est l’archétype de toute Rencontre avec l’Ange, ou l’Âme céleste (ou Moi supérieur), ou toute entité spirituelle.

L’archétype de la rencontre avec l’Ange (ou de toute expérience spirituelle).

On y trouve cinq étapes (voire sept) distinctes qui constituent une progression ou une sorte d’ascension de la conscience :

1) Lune = Le trouble (« Mais ces paroles la troublèrent (…) »)

Toute expérience spirituelle est troublante (ou impressionnante), et il est nécessaire que l’aspirant soit suffisamment fort intérieurement pour y faire face (d’où l’importance de la vie intérieure), sinon il risque de s’endormir. Il faut surmonter la peur (spiritophobie = peur du monde spirituel) pour accéder au monde spirituel. En revanche, la juste crainte du divin est normale, car elle souligne la profondeur du respect.

Cette première étape est une phase d’accueil : le monde spirituel entre profondément et crée comme un tourbillon, un « trouble » en soi. Il faut être tel un lac calme, très réceptif, pour laisser le monde spirituel entrer en soi. Ce trouble est bon signe, il résulte d’une ouverture, d’une réceptivité.

2) Mercure = La réflexion (« Elle se demandait quel était le sens de cette salutation. »)

C’est le travail intérieur de connaissance. L’aspirant doit chercher à comprendre l’expérience qu’il vit. La pensée doit être active et enthousiaste. Cela montre que la pensée s’est intériorisée et qu’elle essaie de passer au-delà du voile des apparences. On se met à réfléchir sur ce que l’on a reçu du Monde Spirituel, on est intrigué par la connaissance, la révélation, les « signes ».

En général, après une vraie réflexion, on finit toujours par une bonne question, essentielle (voir l’étape suivante) : c’est le Questionnement.

3) Vénus = L’interrogation (« Comment cela serait-il, puisque je ne connais pas d’homme ? »)

Il s’agit de savoir se poser les bonnes questions, et de les poser à l’Ange, après un travail intérieur approprié. C’est le questionnement qui mène vers la Vérité qui libère, selon la parole du Christ. C’est ce qui permet ensuite d’entrer dans l’acceptation et le service (voir l’étape suivante).

4) Soleil = L’acceptation (« Voici, je suis la servante du Seigneur, qu’il m’advienne selon ta parole. »)

Il s’agit, en toute liberté, de s’unir à la volonté de Dieu (monde spirituel) pour le plus grand bien de tous. C’est le service à plus grand que soi (dépassement de soi). C’est la véritable obéissance, qui est écoute sacrée. Plutôt que d’écouter les désirs de l’ego, il s’agit d’écouter les vœux de l’Âme céleste (ou Moi supérieur), et des messagers du monde spirituel. Cette acceptation est une conversion, une metanoïa, un profond retournement intérieur.

Avec la troisième phase de Vénus, Marie arrive à poser la bonne question, elle est capable de saisir la Vérité, et cette Vérité l’a complètement libérée. Après elle passe à l’acceptation : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il advienne selon ta parole ! ». C’est le Service qui découle de la liberté qu’elle a ressentie. On ne peut servir véritablement qu’en étant libre.

En résumé : Tout d’abord, il faut se laisser toucher par le monde spirituel, ensuite réfléchir à ce qu’il veut. Ceci va aboutir à une bonne question que nous lui posons ; nous obtenons alors une réponse claire et précise. Et, nous ressentons la Liberté ! Nous nous sentons libre de faire ce que nous voulons et, en même temps, d’être un Serviteur. Nous nous ressentons capable d’être transparent au monde spirituel pour agir sa volonté, parce nous l’avons profondément choisi. Nous ressentons alors le vrai sens du Service.

Bien évidemment, nous devenons un Serviteur, et la seule chose qui demeure nécessaire, c’est le courage !

5) Mars = Le courage (« Alors l’ange s’éloigna d’elle. »)

Après l’expérience spirituelle, l’aspirant doit avoir le courage de travailler intérieurement pour intégrer cette expérience en en tirant des leçons vivantes, puis oser en témoigner.

Toutes les précédentes phases se passent à l’intérieur, comme on le voit avec les quatre premières phases de la Rencontre entre l’Archange Gabriel et Marie. Évidemment, à la quatrième phase, on est motivé, on veut être Serviteur et l’on a cette lumière de la Liberté. On sait que l’on peut aller jusqu’au bout et la manifester. Mais après, il faut l’agir et ceci demande du courage !

Et cette petite phrase (« L’Ange s’éloigna d’elle ») est explicite : l’Ange la quitte. L’expérience spirituelle est terminée, et ensuite il faut se débrouiller seul !

Mais, si l’on a bien ressenti la Liberté intérieurement, on aura le courage : la Liberté dynamise le courage, le renforce, lui donne des ailes.

Marie doit donc piocher dans son courage, et après il restera aussi les deux autres phases (non présentées ici), à savoir tout le travail créateur et sa pleine manifestation dans le monde qu’elle devra accomplir (étapes 6 et 7, afin de vivre le processus au complet).

Et, c’est ce même processus que nous retrouvons dans toutes les expériences spirituelles.

Pierre Lassalle

 

Illustration : L’Annonciation, peinte par Nicolas Poussin à Rome en 1657.

Email This Page