Étant intervenant dans le domaine de la santé, les effets des ondes électromagnétiques sur l’être humain m’interpellent depuis plusieurs années. La majorité des gens que je côtoie ont un téléphone portable ou utilise le wifi au bureau et à la maison, sans jamais se poser de question concernant les effets sur leur santé. En parallèle, je constate de plus en plus de problèmes de santé chroniques, des cas de cancers, des dépressions ou d’anxiété et des problèmes de fertilité… dont les causes sont souvent obscures.

Devant l’engouement généralisé des téléphones portables, des tablettes, etc., le nombre et la puissance des antennes de communication sans-fil ne cessent de croître d’année en année. Le terme « électrosmog » est ainsi apparu pour nommer une autre forme de pollution plus insidieuse puisque nous ne pouvons pas la voir. Mais ce n’est pas parce que nous ne voyons pas ces ondes qu’elles n’ont pas d’effets sur nous.

Il existe aujourd’hui 1800 études démontrant les effets des ondes électromagnétiques sur la biologie humaine et pilotées, entre autres, par les scientifiques du regroupement BioInitiative.

D’autres études, moins nombreuses il est vrai, montrent exactement le contraire, à savoir que les niveaux d’exposition actuels n’ont aucun effet ! Ces autres études sont souvent placées devant la scène par les promoteurs du sans-fil qui sont souvent les mêmes qui possèdent les médias ! Alors où se trouve la vérité ?

Devant cette disparité des conclusions, je me suis attardé à comprendre la différence entre les études afin de me faire ma propre idée.

Pour commencer, il faut comprendre que plusieurs études ne s’attardent à regarder que l’aspect ionisant des ondes, c’est-à-dire la capacité à casser des molécules. En simplifiant, si ça chauffe les tissus vivants et donc qu’il y a éclatement des molécules, alors c’est dangereux pour la santé, sinon il n’y pas de conséquences. C’est le cas, par exemple, des fours à micro-ondes qui cuisent les aliments et que chacun connait depuis les années 70’. Personne ne met en cause la dangerosité de ce type d’ondes et c’est souvent sur cette base que les gouvernements légifèrent.

Cependant, il faut regarder un peu plus loin au niveau des perturbations intracellulaires pour mieux comprendre le phénomène. Par exemple, les mitochondries (occupant environ 25% des cellules et produisant près de 80% de l’énergie cellulaire) construisent une substance chimique majeure appelée ATP (adénosine triphosphate) pouvant jouer un rôle important concernant le cancer, les maladies chroniques, la fertilité et nos capacités cognitives.

Le travail des mitochondries est effectué par de sages échanges d’électrons et de protons sous une forme semblable à un réseau électrique. On peut donc comprendre facilement qu’un champ électromagnétique traversant nos cellules va perturber ce réseau à l’intérieur même de nos cellules. C’est ce qu’ont démontré plusieurs études : une désorganisation des mitochondries perturbant la production d’ATP et la circulation de l’oxygène dans notre organisme. Ceci ayant des conséquences sur notre santé et sur notre pensée, car la santé et l’intelligence humaines dépendent grandement de la production d’ATP et d’oxygène.

C’est pourquoi de nombreuses études constatent les effets négatifs qu’ont les ondes électromagnétiques et commencent à faire des liens entre les cancers, les maladies chroniques, le stress et globalement une baisse du quotient intellectuel des populations ! Non seulement nous constatons qu’il y a de plus en plus de gens malades, mais la capacité de penser des populations est aussi en déclin malgré la sophistication de la technologie et des médias qui sont souvent présentés comme des moteurs de l’évolution humaine !

Les promoteurs des nouvelles technologies font miroiter cette évolution par l’accès à des milliards d’informations, à des moyens de télécommunication partout sur la planète… et pourtant il faut constater le contraire avec un déclin de la santé et du quotient intellectuel global depuis quelques décennies ! Les ondes électromagnétiques et la pollution chimique sont grandement pointées du doigt.

Les militaires connaissent depuis les années 60’ les effets des ondes électromagnétiques sur la santé et la pensée par l’utilisation des radars qui furent à l’origine de la découverte des fours à micro-ondes. Au début, les effets de l’exposition à ces ondes peuvent être sans conséquence pendant quelques jours voire une décennie, mais par la suite on constate que le capital de santé de l’individu est hypothéqué, en particulier au niveau de son système nerveux et endocrinien. Des pathologies comme la maladie d’Alzheimer apparaissant normalement vers le troisième âge, peuvent alors surgir précocement.

Bien que jouant à l’autruche, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé les champs magnétiques de basse fréquence et les champs de radiofréquences électromagnétiques comme potentiellement cancérigènes pour l’homme, au même titre que l’amiante, le plomb, bisphénol-A et le DDT. Pourquoi alors ne pas faire pression sur l’industrie pour arrêter le développement des tours émettrices qui poussent partout !? Encore une fois, nous voyons que l’OMS sert bien le système que nous appelons ici la matrice.

progressionLes personnes connues sous le nom de « électrosensibles » connaissent bien les effets des ondes sur la santé : fatigue, nervosité, insomnie et autres effets plus graves encore, font partie de leur quotidien. Certaines doivent quitter les villes et se protéger de manière particulière afin d’avoir une vie acceptable. Ils nous montrent peut-être ce qui risque de nous arriver à l’avenir si rien n’est fait pour freiner la propagation grandissante des ondes électromagnétiques. Depuis les années 80’, nous sommes exposés de plus en plus à toutes sortes d’ondes qui s’accumulent : téléphone portable, wifi, bluetooth, télé branchée, compteur intelligent, internet des objets, etc.

La situation des ondes électromagnétiques fait grandement penser à la situation du tabac il y a plusieurs décennies. En effet, dès les années 50’ les premières études sur la toxicité du tabac sont apparues. Malheureusement, le laxisme des gouvernements et le lobbying des compagnies tabatières fit en sorte que les premières législations apparurent que 30 ans plus tard ! Des millions de gens ont fumé pendant des années et sont morts en utilisant un produit « mode » comme l’est aujourd’hui le sans-fil !

Il est tout à fait possible de vivre sans téléphone portable. C’est mon cas et je suis pourtant un important utilisateur de technologie. Par exemple, j’utilise des solutions filaires pour la téléphonie et pour accéder à internet. Même ma tablette est reliée à Internet grâce à un fil !

Il est crucial aujourd’hui de connaître les effets des ondes électromagnétiques et de transformer notre mode de vie afin de protéger notre capital de santé et notre pensée. C’est à chacun de faire ses propres recherches et faire ses choix, mais la passivité dans ce domaine risque d’avoir de graves conséquences dans le futur…

André Fortier

Références :

[ Revenir au dossier ]

Email This Page