L’historique de la Matrice (2ème partie)

 

Sommaire

Jouer son rôle d’être humain : la bataille du cœur

Manipulation mentale : abêtir la population

 

 Transcription d’une conférence (novembre 2012)  

 

 

 

 

Jouer son rôle d’être humain : la bataille du cœur 

C’est important de savoir où est le combat et ne pas avoir peur de le vivre quand c’est nécessaire, pour jouer son rôle, parce que c’est vraiment essentiel à notre époque que justement on joue son rôle. Parce que tout a été si « bien fait » depuis quatre-vingt-dix ans, environ, que la majorité des gens ne joue pas leur rôle ; mais c’est tellement imprimé partout, si je puis dire, qu’il y a un certain mode de vie aujourd’hui et puis, que c’est bien de vivre comme ça, et tout le monde pense que c’est bien de vivre comme ça. Et on en arrive maintenant à un point où les gens ont peur quand ils voient quelqu’un qui est « vraiment humain »… !

Les gens vivent dans la « paresse du cœur », c’est-à-dire la lâcheté et/ou le refus de donner.

Si on fait une voie spirituelle, on s’intéresse à l’esprit que l’on est ! Et c’est plutôt normal, puisqu’on est humain ! C’est donc normal qu’on s’intéresse à qui l’on est, comment on fonctionne, etc. Eh bien, la majorité des gens, aujourd’hui – plus dans certains pays que d’autres, certes – ont peur quand ils voient un humain comme ça, qui essaie de s’intéresser à qui il est.  – « Ouah là…, on n’a pas besoin de se prendre la tête ! Ah là, là, mais qu’est-ce qui te prend ? Qu’est-ce qui t’arrive ?! »   

– « Désolé, mais je suis un être humain ! J’aimerais comprendre comment je fonctionne ! » Il faut dire… c’est la moindre des choses. Eh bien, les gens ont peur de ça. 

Ou encore, si vous leur faites spontanément confiance, ils se disent : – « Mais, c’est pas normal. D’où tu débarques ? Ça n’existe pas ! »

Ou, si on leur démontre de l’amour alors, là, ils se barrent en courant ! Insupportable. Mais qu’est-ce que c’est que ce délire ?!

C’est comme si, de plus en plus, quand on exprime les belles valeurs de l’être humain ou qu’on dit ce que l’on fait avec ces valeurs-là, les gens ont très peur. Et comme on sait, la peur engendre l’agressivité. Ils ont très peur et puis après, ils sont au bord de nous taper dessus. Mais ce n’est pas normal ! Vous vous rendez compte où on en est arrivé ? 

Mais ça, c’est juste parce qu’on se laisse faire. C’est juste la société qui génère ça, mais on n’est pas obligé d’adhérer à la société. Aujourd’hui, ça devient de plus en plus dangereux d’adhérer au code de la société, parce que la société « veut notre peau ». Parce que, quand je parlais comme par exemple de Bernays, Lippmann, ou d’autres – ces « porcs à deux pattes », là, comme il y en a encore aujourd’hui, je ne connais pas leurs noms mais il y en a aussi, pareils – ces gens-là ne sont plus vraiment humains. 

C’est Mammon aujourd’hui qui dirige le monde, qui est missionné pour diriger la matrice. C’est un démon. Ce n’est pas un humain. Il n’a jamais été humain. C’est un démon, et puissant en plus ! Et des êtres humains qui travaillent avec lui ne sont plus vraiment humains. Je vous renvoie à « Jack Power » (cf. mon roman Cyberespace) : ce sont des gens comme ça qui travaillent avec Mammon pour diriger le monde, donc, on ne peut pas se permettre de se laisser faire par le monde sinon, quelque part, on avale un peu de ce que sont ces êtres-là. Et ça tue notre humanité.

C’est l’histoire de la bataille du cœur. 

Mammon sait que si tous les êtres humains avaient un cœur ouvert, il se ferait éjecter de ce monde, il serait foutu, il serait perdu. Il le sait, donc il veut tout faire pour fermer le cœur des gens. Ce qu’il faut, ce n’est pas leur faire faire fermer la bouche, c’est leur faire fermer le cœur. Avec leur bouche les gens peuvent dire tout ce qu’ils veulent, de toute façon, tout le monde s’en fout, aujourd’hui. Les gens vont vérifier sur Internet ou dans les médias (organes de la « double-pensée » !), là où on raconte tout ce que la matrice veut bien raconter, et donc vous pouvez leur dire tout ce que vous voulez, les gens s’en fiche aujourd’hui.

Voilà ce qu’ils pensent (Mammon et ses « potes ») : – « On s’en fout de ce que les gens disent. Ce qui est important c’est de leur faire fermer leur cœur, parce que c’est là qu’est la racine de l’humain. » 

Si on fait fermer son cœur à l’être humain, sa pensée peut continuer à fonctionner, mais elle fonctionne, quelque part, sans « Je », sans l’esprit, donc c’est une pensée intellectuelle, une pensée machine, une pensée d’ordinateur. Et puis, la volonté est automatique donc inconsciente. Et quand les deux s’unissent, ça peut donner l’animal, mais un animal agressif et dangereux. C’est d’ailleurs, un des problèmes que Mammon et sa bande essaient de résoudre, parce qu’ils savent très bien qu’en fermant le cœur de l’humain, on arrive à un être humain qui ne se maîtrise plus du tout, parce qu’il n’est comme plus habité. Son « Je » est comme en prison, et point. Et, il fonctionne uniquement sur sa tête, mais sans le « Je », et une volonté automatisée, dans laquelle il y a le mal et l’animal. 

Ça peut donner quelqu’un qui peut devenir un tyran, quelqu’un d’une cruauté féroce, mais qu’on ne peut même pas imaginer,… qui pourrait massacrer un enfant,… ça ne lui ferait ni chaud ni froid, parce qu’il ne ressent plus rien du tout. Pour quelqu’un comme ça, il n’a plus de conscience, donc il peut faire tout ce qu’il veut, ça ne lui fait rien. Il n’aura jamais de remords. Il peut massacrer des gens, des foules entières, il n’a aucun remords, ça ne lui fait rien du tout. Mais, d’un autre côté, il peut ne plus être contrôlable, aussi. C’est un peu un des problèmes de Mammon : comment créer des gens comme ça, mais qui soient de parfaits petits soldats.

 

 

Manipulation mentale : abêtir la population

C’est la course aux désirs, et puis, trouver des moyens pour abêtir l’être humain. La société de consommation fonctionne sur le principe de faire désirer l’individu. La propagande publicitaire et l’industrie du divertissement font tout pour que l’individu désire toutes sortes de produits (soigneusement renouvelés rapidement). Le consommateur (quel horrible mot !) doit donc « prouver » qu’il désire et consomme tout le temps : c’est à ce « prix » qu’il est considéré comme « normal » ! 

Les jeux, tous les jeux…, vous avez vu à la télé et dans les magazines et partout, le paquet de jeux qu’il y a ?! Et toutes les sortes de loisirs possibles et imaginables qui ont été créés ?! C’est tous dans le but d’abêtir les gens et les empêcher de penser (de se poser des questions et d’y réfléchir).

Vous savez, les Américains parlent de « entertainment » (le divertissement) et un des types qui travaille pour les dirigeants de la matrice (Zbigniew Brzezinski) avait trouvé cette appellation qui, au lieu d’être « entertainment », qui veut dire « loisir » en gros, appelé ça « TiTitainment ». TiTi, c’est les tétés, vous savez, les seins des femmes. « TiTitainment » c’est pour bien montrer qu’il fallait créer toutes sortes de loisirs qui soient les plus débiles possible, comme si on voulait les créer pour des bébés, parce qu’il fallait que les gens deviennent des bébés, et point, c’est-à-dire qu’ils soient incapables de penser, suite à la pratique de ces loisirs-là. Ça, c’était dans les années quatre-vingt ou peu après…

Mais encore une fois, c’est parce que l’être humain se laisse faire ! Personne n’est obligé d’appuyer sur le bouton de la télé et de la regarder. On n’est même pas obligé d’en avoir une chez soi…, parce que là où ils se font prendre à leur propre piège, où ils pourraient, en tout cas, se faire prendre à leur propre piège, c’est que, comme c’est du « totalitarisme doux », ils ne peuvent pas, comme ça, officiellement, extérieurement, imposer régulièrement des choses et dire : – « Tout le monde doit faire ci, tout le monde doit faire ça ! »

Non, parce que ça redeviendrait le totalitarisme dur à la bolchevique, ou à la nazi, et donc ça reviendrait au même, les gens rejetteraient. Étant donné que c’est du « totalitarisme doux », ils sont obligés de faire preuve de mille et un moyens cachés, dissimulés, pour faire passer leurs histoires. « Grâce » à ça, ou « à cause » de ça (à cause de ça pour eux, mais grâce à ça pour nous), ça nous permet de ne pas être obligés d’y adhérer. On peut mener sa vie comme on veut mais, si on se laisse faire, c’est sûr, on va adhérer à tout ça. Après, comme ils sont passés maîtres dans l’art de la manipulation au travers de la publicité, les médias, sans arrêt, sans arrêt, sans arrêt, ils incitent les gens à faire toutes sortes de choses, puisqu’ils ne peuvent pas l’imposer, oui, il faut inciter les gens. Donc, c’est sûr, ils rabâchent sans arrêt, « ça, c’est bien, ça, c’est bien, ça, c’est bien, ça, c’est bien, ça, c’est bien, ça, c’est bien. Ça, c’est bien pour vous, ça, c’est bien pour vous, ça, c’est bien pour vous, ça, c’est bien pour vous, ça, c’est bien pour vous, ça, c’est bien pour vous. » Et quand ils l’ont répété des millions de fois, les gens, sans même s’en rendre compte, le font.

Et pourquoi ? Parce qu’ils adhèrent trop à la matrice ! Ils sont sans arrêt plongés dans les mass médias. Ils sont sans arrêt plongés dans tout ça « parce qu’il faut le faire, parce que c’est important, parce que ceci, parce que cela ». Et, étant matraqués tout le temps, tout le temps, « il faut faire ci, il ne faut pas faire ça », eh bien, les gens finissent par le croire. « Si vous faites ça, c’est dangereux. Si vous faites ça, c’est dangereux. Si vous faites ça, c’est dangereux. La spiritualité c’est dangereux, la spiritualité c’est dangereux, la spiritualité c’est dangereux, la spiritualité c’est dangereux. Spiritualité = secte, spiritualité = secte, spiritualité = secte, spiritualité = secte, spiritualité = secte. »  Vous voyez ??!

Eh bien, le bon veau de quartier va y croire. Il n’a jamais rencontré la spiritualité, il ne sait pas du tout ce que c’est, mais il a engrammé dans son citron : « spiritualité = secte, donc danger ». Donc, quand il entend le mot « spiritualité » : – « Ouais, c’est la secte ! C’est dangereux ! Il faut les exterminer ! »

Voilà ! Puisque de toute façon, il n’a plus de cœur, alors il est super agressif. Super peureux et super agressif. Mais pourquoi ? Parce qu’il se laisse faire. On n’est pas obligé de fonctionner comme ça. On n’est pas obligé de se laisser faire par la matrice

Il faut donc être prudent. Il faut donc être détaché. Il ne faut jamais, jamais, prendre pour argent comptant quelque chose qui est dit dans la matrice, parce qu’il y a neuf risques sur dix que ce soit de la manipulation.

Mais, vous vous rendez compte ?, depuis les années vingt, ils sont passés maîtres en l’art de manipuler les gens à travers les médias ! Et pour ce qui est de payer des gens dont ils vont se servir pour, qu’après, ces gens-là manipulent les masses, alors là, je ne vous raconte pas…, Bernays le faisait déjà dans les années vingt ! Il payait des scientifiques, des médecins, des stars, pour faire vendre ses produits, pour faire vendre ses idées, pour faire vendre ses hommes politiques. Il le faisait déjà. Alors, vous imaginez aujourd’hui ?!

Tout ce qu’on vous dit : – « Oui, c’est prouvé par la science. Oui, c’est prouvé par la médecine ! » Mais c’est du vent ! C’est du mensonge ! Neuf fois sur dix. 

Les seules choses qui peuvent être vraies, ce sont des gens qui se sont extraits de la matrice, et puis qui ont découvert des choses, qui en ont créé, et puis, qui essaient de le faire passer d’une manière ou une autre, en étant honnêtes et sincères. Mais ça, c’est rarissime. Et ça se voit tout de suite. On voit tout de suite qu’ils sont plus ou moins « hors-matrice » et puis, en général, ils se font démolir très vite. 

Vous savez, c’est  la sempiternelle histoire de la voiture qui a fonctionné avec le nouveau carburant. – « Oui, ça y est, l’année prochaine ça y est, ça va sortir ! »  Et puis tout à coup, tiens on n’en entend plus parler, terminé. On le sait bien, dans les années trente du siècle dernier avait été inventé par un certain Tesla – dont tout le monde a entendu parler dans notre milieu, je pense – un appareil qui pouvait capter l’énergie électromagnétique terrestre, l’énergie de la terre, de la nature, et ce petit appareil, on le mettait dans une voiture ; il y a un essai qui avait été fait en Europe d’une voiture qui avait roulé soixante-douze heures sans arrêt à plus de cent kilomètres/heure de moyenne, sans aucun carburant, juste avec cette petite boite, ce petit capteur d’énergie terrestre.

Ce petit capteur, on aurait pu le mettre aussi dans une maison : ça aurait fourni la lumière et la chaleur… tout le temps ! Et pour la voiture, pareil, on aurait acheté la voiture avec ça, il n’y aurait jamais eu besoin de mettre, ni essence, ni eau, ni huile, ni rien. Vous imaginez ?! C’était génial comme invention. Et puis, évidemment, pour les maisons, il n’y a pas besoin de souscrire à l’électricité, au gaz ou d’avoir des appareils sophistiqués pour se chauffer, qu’on est obligé de remplir avec du mazout ou je ne sais pas trop quoi, peu importe la méthode. Tout ça n’aurait plus existé parce que dans la maison, l’appartement, il y aurait eu cet appareil qui capte l’énergie terrestre, et il y aurait eu de la lumière et de la chaleur pour toujours.

– « Ben oui, mais, eh oh, ce n’est pas rentable votre histoire ! Vous déconnez ou quoi ?! Même si on le vend cher au départ. On le vend avec la bagnole mais après, la voiture n’a plus besoin de rien. Mais vous rigolez, là ! Non, non, il faut trouver un carburant qui soit le plus cher possible et qu’on soit obligé de renouveler le plus souvent possible de façon à ce qu’on fasse du fric, bordel ! »

Et là, je peux vous dire, depuis des années et des années, ils cherchent comment trouver – car le pétrole, ils savent bien que ça arrive à la fin, c’était prédit depuis très longtemps et c’est facile à vérifier – quel pourrait être le carburant de remplacement qui serait équivalent, c’est-à-dire, le plus cher possible et nécessitant d’être remplacé le plus souvent possible. Ils se creusent la tête pour trouver ça. Parce que, sinon, des produits pas chers et qu’on n’a pas besoin d’utiliser souvent, il y en a plein !, mais il ne faut surtout pas faire ça parce que ça ne serait pas « rentable ». Et, la voiture, quand même, vous imaginez ?! C’est un des procédés les plus rentables au monde. Quasiment tout le monde peut en avoir. On ne peut pas mettre n’importe quoi là-dedans. Il faut que ce soit rentable. Tout fonctionne comme ça. 

À la base, il y a eu cette idée « géniale » de Bernays, grâce à tonton Freud : il faut susciter le désir chez les gens. Et quand on suscite le désir chez les gens et qu’on sait bien les manipuler comme il faut, on fait ce qu’on veut des gens. Déjà, on leur vend tout ce qu’on veut, donc on peut gagner un fric monstre, et puis, pour les diriger, on leur fait croire ce qu’on veut aussi et donc, à ce moment-là, on fait ce qu’on veut avec eux.

C’est comme ça que la « matrice » pratique la manipulation mentale sur le bon peuple !…

Ne vous laissez pas faire : réveillez-vous !…

 

***

 

<= Partie 1    Sommaire =>