« My Dinner with Andre » est le titre d’un film culte réalisé par Louis Malle en 1981. Toujours d’actualité, ce film présente des échanges passionnés et philosophiques entre deux amis qui ne se sont pas vus depuis longtemps. On y voit Wally Shawn, un auteur de théâtre ayant peu de succès à New York, et Andre Gregory un dramaturge reconnu ayant quitté cette ville pour voyager à travers le monde, motivé par une quête de sens devenue par la suite une quête spirituelle.

Cet échange donne lieu à une discussion profonde couvrant plusieurs sujets essentiels : le sens de la vie et de la mort, la richesse des relations vraies, le fonctionnement de la société, ce que nous réserve l’avenir, etc. Même si le film se déroule presque uniquement dans un restaurant avec que ces deux antagonistes, il est facile d’apprécier le jeu des acteurs, la richesse des dialogues et le dynamisme du questionnement montrant une soif de comprendre.

Bien que l’on constate rapidement l’important écart qu’il y a entre la vie et la vision de Wally et celle d’Andre, le respect, l’authenticité et l’intérêt pour l’autre se ressentent tout au long du film. À noter que les dialogues de ce film sont issus de vrais échanges survenus entre les deux acteurs qui ont eux-mêmes écrit le scénario.

my_dinner_with_andre_2

Un passage particulièrement intéressant est le parallèle qu’Andre fait entre le mode de vie moderne, qui dénature l’être humain et qui le pousse à devenir un robot incapable de penser et d’agir librement, et le roman de George Orwell « 1984 ». Il explique comment, selon lui, nous vivons actuellement une sorte de « cauchemar orwellien » étant donné que la majorité des individus vivent dans les grandes villes où ils sont autant « prisonniers » que « gardiens » de leur prison, c’est-à-dire qu’ils ne s’y sentent pas libres, mais ne veulent surtout rien n’y changer !

C’est le questionnement de Wally qui initie cet échange lorsqu’il exprime son incompréhension sur le fait que les gens acceptent cette « prison ». Andre répond avec une vision lucide du système actuel, qui vise à affaiblir la volonté des individus et les garder prisonniers de ce nous nommons aujourd’hui la matrice (1) :

Wally : Pourquoi ça ? Parce que les gens sont paresseux ? Qu’ils s’ennuient ? Est-ce que nous sommes des enfants trop gâtés qui s’ennuient ? En pataugeant dans la baignoire avec un canard en plastique à deux sous, en ronchonnant : « Je ne sais pas quoi faire ? ».

Andre : Ok oui ! On s’ennuie tous ! Mais ce processus qui conduit à cette morosité que l’on observe désormais alimente peut-être une entreprise inconsciente de lavage de cerveau mise en place par un gouvernement mondial totalitaire dirigé par le fric ! C’est plus dangereux qu’on ne le croit ! Ce n’est pas une question de survie individuelle, Wally. C’est que si on s’ennuie, on dort, et l’homme qui dort ne sait plus dire non !

Peut-être nous nous ennuyons moins aujourd’hui qu’avant grâce aux médias et la technologie, mais le problème reste le même : le manque de sens à notre vie qui nous fait courir partout à l’intérieur des murs du système qui nous entourent !

Malgré le difficile constat concernant la société actuelle, cet échange se termine sur une note d’espérance avec la possible émergence d’endroits visant à préserver la lumière, sorte de « planète invisible sur cette planète » – où les gens pourront bâtir un nouvel avenir pour le monde et communiquer autrement…

Andre : Je continue à penser que nous avons besoin d’un nouveau langage, un langage du cœur,… une sorte de langage entre les gens qui sera une sorte de nouvelle poésie. La poésie des « abeilles-danseuses » quand elles disent où se trouve le miel. Et je crois que pour créer ce langage, il faudra apprendre à regarder à travers le miroir… à travers une nouvelle perception, où nous aurons le sentiment d’être liés avec toute chose. Et soudain… Nous comprendrons tout !

« My Dinner with Andre » est un film atypique et précurseur, réalisé il y a 35 ans déjà. Il dépeint le contraste entre la vie conforme matérialiste et le besoin de donner un sens spirituel à sa vie. Il présente aussi comment le questionnement et les échanges sincères peuvent amener des instants de lucidité entre des individus qui osent sortir des banalités pour tourner ensemble leurs pensées et leurs cœurs vers les questions essentielles de l’existence.

Le canevas de base de ce film est le témoignage d’Andre suite à ce qu’il a vécu à travers sa quête. Il vit maintenant de plus en plus en dehors de la matrice et contrairement à ce que Wally aurait pu penser, Andre est heureux, rayonnant et démontre qu’il est possible d’avoir un métier épanouissant et créateur sans être prisonnier du système. Il ne rejette pas le monde actuel, il veut en construire un nouveau et cela donne un sens à sa vie !

Wally

Comme devrait être tout bon témoignage, Andre partage son feu avec son ami sans se censurer, ni imposer sa vision. C’est une question de respect, de tolérance et de liberté. Wally montrera quelques fois son enthousiasme et quelques fois son scepticisme devant les propos enflammés de son interlocuteur. Réaction compréhensible puisque Wally n’a jamais quitté New York et qu’il n’a pas parcouru le même chemin. Il est cependant toujours intéressé et intrigué par ce que lui raconte son ami.

En un sens, Andre montre le parcours du héros qui revient dans sa communauté avec l’élixir pour l’offrir à ceux qui cherchent …tout comme lui-même a profité de l’expérience de quelqu’un qui lui a montré qu’il est possible d’emprunter un autre chemin.

Ceci correspond bien à l’étape Le Don à sa Communauté de l’Acte 3, présenté dans l’Aventure Héroïque de Céline et Pierre Lassalle (2) dont voici un extrait :

Voici l’effet bienfaisant que produit sur l’autre l’élixir magique et universel de l’héroïsme : une étincelle dans les yeux, un sourire inédit, un baume dans le cœur, des questions qui jaillissent, l’envie de se lancer aussi, etc. Peu importe la forme, il s’agit d’un réveil… salvateur. Nous avons alors donné et semé l’essentiel. Peu importe si nous ne revoyons plus jamais cette personne, ou si elle ne nous a pas remerciés ni dit que nous étions supers ! Ce qui importe c’est l’autre et le Bien qui s’éveille en lui.

Le film ne montre pas ce que Wally a fait suite à son entretien avec son ami. Va-t-il continuer sa vie terne comme avant ? Va-t-il lui aussi chercher une autre voie, inspiré par le témoignage d’Andre ? Rien ne l’indique.

Cependant il y a un net contraste entre le début du film où l’on voit Wally se diriger à son rendez-vous avec Andre accompagné d’idées sombres concernant son avenir et ses problèmes d’argent, et la fin du film où ses pensées sont plus élevées, plus joyeuses et emplies de gratitude… tous de bons symptômes d’une réelle rencontre en esprit et de l’effet qu’a eu sur lui son Diner avec Andre.

André Fortier

 

(1) Dossier Lumière dans la matrice pour en connaître davantage sur la manipulation de masse.
(2) L’Aventure Héroïque – Révélation des Lois de la Manifestation, Céline et Pierre Lassalle, Éditions Terre de Lumière

 

 

Titre du film :           My Dinner with Andre
Directeur :               Louis Malle
Acteurs et scénario :     Andre Gregory, Wallace Shawn
Date de sortie :          1981
Durée :                   1h50

Extrait du film « cauchemar orwelien » :  https://www.youtube.com/watch?v=hynkddLhk-4
Version intégrale du film en anglais :    https://www.youtube.com/watch?v=9vGpBYJ5_6E