La nature, qui a de nombreuses propriétés bénéfiques pour chacun et à tous les âges, donne beaucoup d’elle-même à l’être humain, tout le temps et de multiples façons. Et pour cela elle a droit à tout notre respect.

Mais il n’y en a qu’un seul dans cet article que je souhaite mettre en évidence, il s’agit de l’ouverture du cœur, ou l’émerveillement.

Regarder la nature, se balader en nature, respirer la nature… pendant une certaine durée, crée un ravissement qui commence par emplir notre pensée et se propage dans notre cœur, et peu à peu enivre tout notre être ! Et cela devient un charme enchanteur, pour lequel Merlin et les histoires pour enfants ne sont pour rien du tout ! En revanche par sa grandeur et vastitude, ses multiples couleurs, ses richesses à foison, sa diversité jaillissante, sa beauté harmonieuse, sa vie minutieuse, sa grâce animée, son rythme flexible… Tout en elle témoigne de sa présence, et dicte sa vie. Et en s’abreuvant de sa présence, cela nous met dans de bonnes conditions apaisées, où notre cœur se réjouira, simplement, il s’émerveillera. En écho, sans parasites intellectuels, il répondra à l’appel de son existence, par le ravissement de sa propre existence. En toute confiance, en toute sécurité, notre cœur s’ouvrira.

Cette ouverture est importante pour la protection d’un jeune cœur, aussi bien que pour former une sensibilité à un cœur plus emmuré. Cela amène des points de vue positifs de confiance, de souplesse et d’amour sur la vie, et nos projets d’avenir.

Alors que l’art peut – ou pourrait, car ce n’est pas le cas de toutes les œuvres d’hommes – créer également cet état d’émerveillement, la nature le génère fortement et rapidement, car tous les sens y prennent part, et nous baignons véritablement en elle, vu qu’elle est tout autour et proche de nous. Fortement aussi, car elle est constituée d’une vie et vivacité incommensurables. Tu ne peux pas échapper à son énergie, par contre tu peux choisir de le vivre plus consciemment, et octroyer à cet émerveillement plus d’intensité, ce qui ouvrira ton cœur de plus en plus.

Bien sûr, il ne faut pas être trop pris par le temps, stressé, dans un impératif ou problème qui occupe les pensées, sinon, cet effet de la nature ne se produira pas du tout. Il est aussi à éviter de voir la nature comme un outil de consommation, ou de l’utiliser comme un simple loisir, ou un exutoire d’excitation, car cela ne mènera nulle part pour ressentir l’émerveillement. C’est très loin de ça ! Il ne s’agit pas non plus de rêvasser, en laissant dériver les pensées plus ou moins loin de la nature, pour en ressortir les plus beaux songes, et s’en hébéter.

Libre à toi d’approfondir les expériences de nature…

Par Lucie Delalain

Notamment pour Natura

Retour à Jeunesse & Vie